Seriously ?


Opération réussie pour Heineken

Posted by on 18 h 03 min in Uncategorized | 0 comments

Alors que toutes les structures importantes ont pris conscience du caractère essentiel et inéluctable des réseaux sociaux dans un plan de communication global, on sait, on aime, et on défend, aujourd’hui, la possibilité d’assurer une com’ sur le web social capable d’être transversale et de s’appuyer sur l’ensemble de ses pôles.

Un exemple parmi tant d’autres qui semble être un véritable coup de maitre est l’opération récemment proposée par Heineken. S’incrustant dans un aéroport, le brasseur néerlandais interpelle les voyageurs sur le point de s’enregistrer en proposant à ces derniers de renoncer à leur voyage initial et de sentir la frayeur de l’inconnu en acceptant de partir n’importe où aux frais de la boite.

Les plus courageux, qui n’ont pas d’obligation (la forme d’excuse la plus utilisée) sont alors propulsés au bon vouloir d’une machine dans des contrées imprévues. Heineken régale pour la prise de risque. Le résultat oscille entre surprise déplaisante (le type qui gagne Vientiane, capitale du Laos semble songeur) et vacances prolongées (Chiang Mai, pas si loin du Laos d’ailleurs).

Là où Heineken est fort c’est que cette opération à un triple impact. Le premier est pour l’image de marque. Pendant le temps de l’opération, la marque sort de cette image balourde pour soirée arrosée devant un match en combo pizza-bière entre potes, en jouant la carte du voyage, le centre d’intérêt enthousiasmant et sophistiqué par excellence. De l’autre c’est la nature même de l’opération. Du street marketing (airport marketing ?) sauvage, moderne et hyper efficace. Enfin, avec cette vidéo dynamique, au montage nerveux, au propos clair, l’expérience de com’ se poursuit sur les réseaux sociaux. On regarde, on admire, on partage. L’image de marque de Heineken est triplement optimisée avec cette opération. Voilà typiquement un projet ambitieux et réussi car s’appuyant sur l’ensemble des ressources du département marketing et communication. Ils ne sont ni les premiers, ni les derniers, mais ils prouvent encore une fois que lorsque l’ensemble des intervenants marchent main dans la main, le propos à un impact décuplé.

 

Le marché aux réseaux sociaux

Posted by on 16 h 34 min in Médias sociaux, Web | 0 comments

Rachetons ! Rachetons !

Actualité oblige, avec l’échec cette semaine du rachat de Dailymotion par l’Américain Yahoo!, parlons de cette tendance des rachats chez les colosses du web social.

On vous parlait il y a quelques mois du rachat de l’application de prospection Pealk par Viadeo, étendant son panel de services proposés pour les professionnels. Vous avez également probablement entendu parler dernièrement du rachat par Twitter de We Are Hunted, le service de musique en ligne qui se base sur les goûts des utilisateurs. Rachat qui suit de peu celui, toujours par Twitter, de Vine, l’appli vidéo la plus téléchargée de l’App Store. Enfin, qui, à part votre grand-mère, n’est pas au courant de la somme colossale versée l’an dernier par Facebook pour le rachat du (pas si) petit Instagram en plein boom ? La mode semble être au rachat des petits par les grands. Volonté d’enrichissement du service ou peur des concurrents montants ?

Revenons sur le cas Instagram, pour lequel Facebook a déboursé pas moins d’un milliard de dollars. Somme irréelle pour le quidam mais qui reflète bien des choses. Quel produit peut bien valoir un milliard en soi ? Un porte-avions ? la statue de la liberté ? Réponse plus probable : un concurrent. En effet, si le réseau social dominant s’est payé le luxe de faire cette offre impensable, ce n’est pas tant pour proposer des photos vintage à ses utilisateurs que pour s’assurer que l’énorme potentiel commercial que constitue Instagram n’aille pas dans les poches d’un autre. La preuve en est le changement dans les conditions générales ayant suivi l’acquisition de l’appli photo par Facebook, permettant à la marque d’utiliser commercialement les prises de vue des utilisateurs publiées sur le réseau – entrainant la perte de 4 millions d’inscrits opposés à cette politique en une semaine. Sans oublier le risque de voir un concurrent se développer un peu trop vite lorsqu’on est numéro un.

Twitter a-t-il eu la même démarche ? En partie probablement. Une qualité que l’on ne peut enlever aux géants des medias sociaux, c’est celle de savoir dénicher les projets à fort potentiel. Vine est encore assez peu développée chez monsieur tout le monde, mais un certain nombre de personnalités et sites influents comme Mashable ou les Inrocks l’utilisent régulièrement pour montrer les coulisses de leur travail ou mettre en scène des animations plus ou moins humoristiques, générant un certain buzz autour de l’application. Le format se prête de plus assez bien au fil de Twitter, proposant des films de 6 secondes assimilables à des gifs animés. Même chose avec We Are Hunted, qui élargit le spectre des prestations offertes par le géant du micro blogging pour en faire, à l’image de Facebook, un réseau de plus en plus global, ayant en plus la volonté d’être au top du de la branchitude.

Une question se pose face à cette suite de rachats de startups émergentes par les réseaux dominants : est-il possible en 2013 de créer du social de qualité sans être englobé dans l’offre d’un grand ? C’est une vraie interrogation ? Qui peut résister aux sommes faramineuses proposées par des mastodontes comme Twitter et Facebook pour ne citer qu’eux ? Mettons-nous un instant à la place des développeurs d’Instagram le jour où on leur a proposé un chèque les mettant à l’abri du besoin pour 37 générations. Vous auriez refusé ? Probablement pas. Et Facebook et Twitter le savent, augmentant chaque jour un peu plus leur empire sur le web, et ne laissant pas vraiment de place aux créateurs indépendants, les incorporant à coups de gros chèques. On parlait dans les années 90 du monopole de Microsoft avec Windows, puis de celui d’Apple avec ses téléphones. Le tour semble désormais être celui des réseaux sociaux, qui sont de moins en moins nombreux, malgré la multiplication des plateformes, à se partager les parts du gâteau. Alors un conseil si vous avez un projet génial : sachez le vendre.

Facebook change (encore)…

Posted by on 21 h 50 min in Médias sociaux | 0 comments

Facebook présente ce 7 mars le nouvel aspect qu’il compte développer pour se moderniser. Un nouveau tôlé chez les utilisateurs ou un vrai changement profitable en vue ? 

On sait que Facebook change tout le temps, parfois discrètement (par exemple, et pour aller vite, les modifications quant au campagne de pubs et leur gestion) parfois avec la délicatesse d’un mammouth (cf. la levée de bouclier quand l’actuelle Timeline est arrivée). Ce coup ci, le titan social oriente son changement s’accolant aux tendances graphiques du temps : les photos et visuels seront mis en avant, les traits lézardant l’écran vont se faire plus rare, jouant la carte de l’épure. Facebook est d’ailleurs plutôt clair : « nous avons complètement reconstruit chacune des histoire (des utilisateurs – ndlr.) pour qu’elles soient plus vibrantes, plus colorées… ».

Avec la volonté affichée de rendre plus agréable l’échange global que représente le « lien » Facebook, le chef du web 2.0 promet aussi que chacun pourra optimiser son fil d’actualité, comme une sorte de tableau de bord configurable. Cela pourrait aussi signifier que les pages (pros) ont un nouvel espace à leur disposition. La question sera de déterminer si tout cela sera (toujours) payant.

Si la date de mise en ligne n’est pas encore claire, il semble en tout cas que le géant du réseau social réagisse à l’importance de plus en plus grande outre atlantique d’Instagram et de tous ces réseaux clairement orientés sur le visuel, et qu’il veuille aussi écraser définitivement papy Myspace qui tente à grand coup de Timberlake de donner un signe de vie. Coup de grâce donc ?

Facebook explique les changements dans le news feed.

Viadeo s’offre Pealk

Posted by on 16 h 30 min in Médias sociaux | 0 comments

A peine créée, que déjà rachetée par la référence française du réseau social pro ! Pealk, application / startup française née en avril 2012, se fait incorporer au mammouth Viadeo. 

Pealk est devenue rapidement une référence dans les bureaux de recruteurs et autres services en quête de nouvelles têtes puisque se spécialisant justement dans la chasse de tête (?) et dans la prospection. Autant dire, l’aubaine pour les commerciaux en froid avec leur téléphone et les recruteurs croulant sous les mails envahissants.

Viadeo se paye donc en ce début d’année cette nouvelle appli, sorte de cadeau bonus à son offre et à son propre système, lui conférant ainsi un atout majeur dans sa démarche, le démarquant un peu plus de son « modèle », LinkedIn. Sans avoir à créer, Viadeo s’arme d’un nouveau pôle des plus intéressants.

Pour Pealk, c’est le coup de poker : une startup avec une idée brillante (qui n’a pas sauté de joie en apprenant l’existence de Pealk ? Je veux dire, chez les gens concernés…) avec un potentiel décuplé grâce au rapatriement de ses forces vives directement chez le leader des réseaux pros en France.

Reste à savoir si le monopole, dû à sa globalité effective en pleine progression, qui se dessine chez Viadeo va perdurer ou péricliter sous la multitude de réseaux et projets naissant chaque jour.

Zeitgeist 2012

Posted by on 15 h 31 min in SEO, Web | 0 comments

Comme à chaque fin d’année, Google publie son site Zeitgeist, qui se propose de dévoiler les mots les plus cherchés sur son moteur.

 

Zeitgeist, terme aux consonances barbares, signifie  « l’esprit du temps » dans la langue de Nietzsche.  Cette notion est notamment mise en avant pour traduire les tendances socio-culturelles à travers l’évolution de l’histoire. Dès lors, on saisit bien le choix et l’importance que Google a, modestement, voulu mettre en évidence via le nom de son site.

Google nous dévoile ainsi les différentes tendances, par secteur, des mots les plus recherchés. La grande gagnante de cette année est la regrettée Withney Houston qui caracole en tête. Suivi du déconcertant « Gangnam Style » et de « hurricane Sandy ».  Peut-être plus surprenant, on apprend également qu’au milieu de chorégraphies asiatiques et de catastrophe américaine la recherche d’images la plus sollicitée concerne les jeunes gens de One Direction. De là à en déduire que Google Image est le site préféré des jeunes mineures il n’y a qu’un pas.

Organisé en sous-sections (images, évènements…), on constate donc que Google demeure un moteur particulièrement utilisé pour les phénomènes d’actualités, si l’on excepte quelques phénomènes tout à fait contemporains mais beaucoup plus… futiles (Honey BooBoo, par exemple, je vous laisse grossir à votre tour les statistiques du célèbre moteur de recherche).

On appréciera fortement le système de carte mondiale illustrant quelques pics par date. Au hasard, on notera que le mot « François Hollande » se démarque en mai, alors que Carly Rae Jepson s’impose en mars au niveau de nos amis Canadiens. Etonnant ?

Retrouvez les différents classements sur le site Zeitgeist 2012 :

http://www.google.com/zeitgeist/2012/#the-world

Lancement de Seriously ? le blog de Serious Talk

Posted by on 11 h 04 min in Médias sociaux | 0 comments

Community management, veille, actu web, buzz… Serious Talk lance son blog consacré au web social. Régulièrement, les tendances  sur Internet, l’évolution des médias sociaux, les nouveautés high tech en un billet.

Serious Talk est une agence web, mais propose avant tout une expertise et un point de vue sur l’utilisation des plateformes sociales pour les marques. Entreprises, collectivités, associations, chacun y a sa place et peut y optimiser sa présence.

Jusqu’à récemment traditionnelle et unilatérale, la communication s’est adaptée aux évolutions du web et à l’échange que permet le web social. Informer ne suffit plus, la discussion et les retours clients sont devenus essentiels à une communication efficace et fédératrice.

En un mot, Internet évolue chaque jour et suivre cette évolution et s’y adapter est devenu vital. C’est ce que nous proposons.